Imprimer

Les êtres souffrant d’une pauvre santé mentale ont parfois honte. Pourquoi ? Quel point de vue le chrétien devrait-il adopter à ce propos ?

Il peut être difficile, pour un chrétien, de parler de santé mentale. Plutôt étrange, comme phrase, n’est-ce pas ?

Le peuple de Dieu, aux yeux du monde, se compose – selon la Bible – de « ce qui est fou… faible… vil… ce qu’on méprise » (1 Corinthiens 1:27-28 ; Nouvelle Bible Segond). Nous sommes appelés à être miséricordieux, à nous supporter les uns les autres et à prier les uns pour les autres (1 Pierre 3:8 ; Éphésiens 4:2 ; Jacques 5:16). Il s’avère donc que nous, les chrétiens, nous ne devrions éprouver aucune difficulté à parler de la santé mentale et des maladies mentales.

D’après ce que j’ai pu constater, c’est rarement le cas. De forts stigmates sont attachés à ces sujets. En parler est souvent gênant ; on en a honte ; et c’est un sujet souvent tabou, même pour les chrétiens. Je pense savoir pourquoi.

À mon avis, c’est lié à plusieurs passages bibliques comme … « A celui qui est ferme dans ses sentiments tu assures la paix, la paix, parce qu’il se confie en toi » (Ésaïe 26:3) ou « Ne vous inquiétez de rien […] la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (Philippiens 4:6-7). (À propos de l’inquiétude, nous vous proposons notre article Pour survivre à l’âge de l’anxiété.)

Les passages comme ceux ci-dessus, qui devraient nous réconforter et nous fournir la bonne perspective, peuvent parfois nous mettre mal à l’aise. Nous nous disons que les chrétiens ont confiance en Dieu, qui les rend sereins. Et nous nous disons que si nous n’avons pas la paix, c’est que nous ne sommes pas de bons chrétiens. Est-ce bien le cas ? Sommes-nous de mauvais chrétiens si cela ne nous décrit pas ?

Le peuple de Dieu et le stress

Parlons-en. Parlons de David – homme selon le cœur de l’Éternel – qui sera de nouveau roi d’Israël. N’a-t-il pas écrit : « Mon cœur tremble au-dedans de moi, et les terreurs de la mort me surprennent ; la crainte et l’épouvante m’assaillent, et le frisson m’enveloppe » (Psaume 55:4-5).

Parlons d’Élie, prophète de Dieu qui accomplit des miracles stupéfiants, qui fut cité en exemple de tous les prophètes de Dieu lors de la transfiguration de Christ. Il s’affala un jour sous un genêt, épuisé et dépassé par les évènements, et supplia Dieu en disant : « C’est assez ! Maintenant, Eternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères » (1 Rois 19:4).

Parlons même de Christ – le Fils de Dieu, la Parole faite chair – qui dit à ses disciples avant sa crucifixion : « Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici, et veillez » (Marc 14:34) qui, « étant en agonie », pria le Père et « sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre » (Luc 22:44).

Il est indéniable que Jésus était mentalement sain ; pourtant, il fut « tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché » (Hébreux 4:15) et cela faisait partie de son expérience en tant qu’homme. Il sait ce que c’est que de souffrir mentalement et être émotionnellement stressé.

Tous étaient des serviteurs de Dieu ayant des liens étroits avec notre Père céleste, et chacun d’eux eut des jours où il connut des situations mentalement et émotionnellement éprouvantes. Ne soyons donc pas trop exigeants.

Quand votre état mental n’est pas ce que vous souhaiteriez qu’il soit, cela ne veut pas dire que vous soyez un mauvais chrétien. Et quand vous souffrez mentalement, ce n’est pas le cas non plus. De surcroît, ce n’est pas parce que vous souffrez d’une maladie mentale que vous êtes un mauvais chrétien.

La complexité de notre psychisme

L’esprit humain est étonnant, mais aussi fort complexe ; nous commençons à peine à en cerner les mécanismes.

L’amas de matière grise flottant entre vos deux oreilles est un réseau fort complexe composé d’environ 86 milliards de neurones conçus de manière à fournir des décharges électriques à des vitesses vertigineuses pour vous permettre de penser, de sentir et de fonctionner comme prévu. Votre cerveau entrepose des souvenirs, contrôle vos muscles, automatise diverses fonctions biologiques, traite vos émotions, élabore des pensées et évalue des arguments tout en vous présentant des données issues de vos cinq sens, sans pour autant vous faire disjoncter sous un excès d’informations.

Le fait que la santé mentale fasse l’objet d’une stigmatisation – qu’on stigmatise la santé de notre cerveau, de notre organe le plus complexe et le plus nuancé – est plutôt absurde. Notre vie quotidienne dépend considérablement de l’amas incroyable et délicat de neurones conçus avec expertise que nous avons tous, pourtant nous sommes bien rares à savoir comment réagir quand ça va mal. Ces stigmates, nous pouvons les éliminer. Il le faut ! Mais nous devons le faire tous ensemble.

Conscients de notre santé mentale

On peut croire que les maladies mentales sont rares. Ce n’est pas le cas. D’après des recherches effectuées dans plusieurs pays :

En France, une personne sur cinq souffre de maladie mentale. - Le Parisien

En 2020 plus de 28% des francais souffraient de la déprime, en forte hausse à cause des restrictions associées au Covid-19. - TopSanté

Les troubles mentaux ou neurologiques affecteront une personne sur quatre dans le monde à un moment ou l’autre de leur vie. - OMS

Ces chiffres sont plutôt évocateurs. Plus du quart des citoyens ! À la fin de leur vie, combien d’entre eux auront souffert d’une maladie mentale – non seulement d’une pauvre santé mentale mais de conditions affectant la qualité de leurs vies ? Bien que les pourcentages pour le restant du monde ne soient généralement pas disponibles, il va sans dire que les maladies mentales ne sont pas l’apanage des habitants d’un seul pays.

Elles affectent aussi des chrétiens. Par conséquent, quel est notre devoir en ce domaine ? Quelles mesures devons-nous prendre pour éliminer les stigmates liés à une pauvre santé mentale ?

Une définition

Nous devons commencer par définir plusieurs éléments. Il y a une grande différence entre une pauvre santé mentale et une maladie mentale. Les maladies mentales sont des états – parfois temporaires, parfois durables – affectant notre raisonnement, nos sentiments et nos gestes. Par contre, une maladie mentale est une évaluation d’ensemble de notre bien-être émotionnel, psychologique et social.

Ces deux termes sont étroitement liés mais il est possible d’avoir une mauvaise santé mentale sans souffrir pour autant d’une maladie mentale ; et il est possible d’avoir des périodes de bonne santé mentale bien que souffrant d’une maladie mentale. (La dépression et l’anxiété, par exemple, sont des maladies mentales mais cela ne veut pas dire que nous soyons des malades mentaux toutes les fois que nous sommes tristes ou inquiets.)

Quelles sont les causes des maladies mentales ? Elles sont nombreuses. En règle générale, les experts nous disent qu’il existe trois catégories de causes : les causes biologiques, psychologiques et celles du milieu. Nous n’avons aucun contrôle sur bon nombre de ces facteurs.

Une maladie mentale peut être déclenchée par un déséquilibre biologique affectant les neurotransmetteurs par lesquels nos cellules cérébrales communiquent entre elles. Cela peut être déclenché par un traumatisme ou une perte personnelle ; par quelque chose qui s’est produit alors que nous étions encore en gestation ; par certaines infections ; par diverses pressions sociales ou simplement du fait que nous vivons dans un milieu dysfonctionnel. 

Chercher à s’accommoder d’une maladie ou simplement l’endurer peut être désastreux. Nous ne pouvons pas réparer des choses comme des déséquilibres biologiques par une simple force de caractère ou de détermination. Le cerveau est un organe complexe. Il y a de nombreux facteurs capables de l’empêcher de parfaitement fonctionner. Et quand c’est le cas, il n’y a aucun mal à chercher de l’aide.

À nos lecteurs souffrant de maladies mentales

Si, en tant que chrétien, nous souffrons d’une maladie mentale, gardons trois choses présentes à l’esprit.

Peut-être avons-nous parfois l’impression que c’est vrai. Parfois, il se peut que d’autres nous donne cette impression. Nous sommes bien plus. Nous sommes avant tout des enfants de Dieu, appelés personnellement par notre Père céleste qui veut que nous devenions comme lui (1 Jean 3:1-2).

C’est ce que nous sommes, qui nous sommes, la raison pour laquelle nous existons, notre destinée. Une maladie mentale est ce dont nous pouvons souffrir, et non ce que nous sommes. Ne laissons personne – y compris nous -mêmes – nous en dissuader.

Une lecture partielle de la Bible peut nous convaincre que des choses comme la maladie et la pauvreté sont des châtiments de Dieu, tandis qu’il accorde à ses saints une santé et des richesses illimitées (impression qui peut être laissée, par exemple, à la lecture du Psaume 112).

Or, pratiquement tous les serviteurs fidèles de l’Éternel ont eu leur lot de maux et de pauvreté, pas nécessairement à cause de leurs péchés mais parce que les tragédies et les épreuves jouent un rôle important dans le plan de Dieu. Songez à Job, à Joseph, à Ruth, à Esther et aux nombreux autres dans Hébreux 11, « eux dont le monde n’était pas digne » (verset 38).

Une maladie mentale ne prouve pas automatiquement que Dieu nous punit pour quelque chose que nous avons fait. Dans la plupart des cas, cela fait partie du tableau d’ensemble que nous ne pouvons pas encore distinguer. Faisons confiance à Dieu et ne nous blâmons pas automatiquement.

Dieu est la source ultime de toute guérison, et si notre approche pour résoudre n’importe quel problème devrait débuter par une prière, il n’y a aucun mal à se faire aider par des professionnels qualifiés. (Le roi Asa, dans 2 Chroniques 16:12, eut tort de consulter les médecins au lieu de Dieu et non pas en plus d’avoir consulté Dieu).

Il se peut qu’en tant que chrétien nous nous sentions obligés – ou subissions la pression d’autres chrétiens – de nous débrouiller tous seuls, de nous contenter de prier et d’étudier davantage la Bible, jusqu’à ce que Dieu intervienne et nous guérisse. Or, ce n’est pas ainsi que nous avons tendance à traiter d’autres ennuis de santé.

Si nous allions aux urgences pour un bras cassé ; ou chez un dentiste pour un mal de dent ; ou nous faisions opérer pour une rupture d’appendice ; ou demandions à notre médecin de famille de diagnostiquer et de traiter divers maux et diverses  douleurs, en quoi rechercher de l’aide pour notre état mental serait-il moins important ? 

Les maladies mentales se présentent sous des formes diverses et ont des origines différentes. Un professionnel qualifié peut nous aider à comprendre ce qui se passe dans notre cerveau, pourquoi cela se produit, et ce que nous pouvons faire. Il n’est nullement honteux de rechercher l’aide d’un médecin ou d’un psychiatre quand nous cherchons à comprendre ce qui se passe dans l’organe le plus complexe conçu par Dieu dans le corps humain.

Conseils pour nos lecteurs sans maladies mentales

Si nous n’avons jamais souffert d’une maladie mentale, il y a trois choses que les professionnels nous disent de retenir lors de nos interactions avec ceux qui en souffrent :

C’est énorme. La dépression clinique diffère de la tristesse. Un désordre d’anxiété ne se limite pas à s’inquiéter. Bref, à moins d’avoir personnellement souffert d’une maladie mentale, nous ne savons pas ce que c’est que d’en souffrir. Cela peut sembler évident, mais ce principe devait guider l’idée que nous nous en faisons, mais aussi nos conversations avec les personnes qui en souffrent. Et incidemment…

Il peut être tentant d’offrir un conseil (du genre « Essayez donc de vous concentrer sur le positif ! »), de sympathiser (du genre … « Je sais ce que vous ressentez ! »), ou d’offrir un point de vue (du genre … « Ça pourrait être pire ! »), mais ces approches sont habituellement moins utiles qu’il n’y parait. À quel point ? Imaginez un homme faisant ces remarques à une femme enceinte et en train d’accoucher. « Je sais ce que vous ressentez » est loin d’être vrai. Et les deux autres déclarations pourraient aisément passer pour des insultes ou de l’ignorance.

Offrons plutôt notre soutien. Si l’on se confie à nous en nous parlant de ses luttes, demandons comment aider. Disons plutôt à la personne que nous avons du mal à imaginer ce qu’elle traverse ; remercions-la de se confier en nous. Et vérifions périodiquement comment elle se porte. Disons-lui, par nos propos ou par nos gestes, qu’elle est aimée ; cela peut faire une énorme différence.

Depuis des millénaires on se méprend sur les maladies mentales et on les décrit faussement. Cela, on ne va pas le changer du jour au lendemain. Néanmoins, nous pouvons tous rectifier le tir en éliminant le stigmate auquel elles sont attachées, quand il en est question dans notre entourage, que nous comprenions ou non ce dont il s’agit.

Nous pouvons faire plus d’efforts pour connaître nos frères et sœurs qui souffrent de maladies mentales. Mieux faire en créant un climat où ils se sentent à l’aise pour se confier à propos des défis qu’ils affrontent. Nous pouvons les soutenir et leur exprimer un amour inconditionnel dans les bons et les mauvais jours.

Plusieurs membres, un seul corps

« Maintenant donc il y a plusieurs membres, et un seul corps […] Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui » (1 Corinthiens 12:20, 26). Aucune personne souffrant d’une maladie mentale ne devrait avoir l’impression qu’elle ne fait pas partie du corps de Christ. En tant que membres de ce corps, nous avons une responsabilité les uns envers les autres – souffrir avec ceux qui souffrent et nous réjouir avec eux de leurs victoires.

Les premières mesures à prendre pour éliminer les stigmates des maladies mentales dans l’Église doivent d’abord être prises par nous – nous tous ! Faisons notre part pour créer un milieu où tous – peu importe leurs combats – se sentent en sécurité et équipés pour mener leurs combats.

 

vieespoiretverite.org